Bertrand Surdez 

 

A l’âge de 6 ans, Bertrand découvre le milieu de la musique en débutant une formation en percussion (batterie et xylophone) au Conservatoire de la Chaux-de-Fonds. Quelques années plus tard, il intègre la troupe du Zap Théâtre de Baptiste Adatte à la Chaux-de-Fonds où il participe à divers spectacles dont notamment « Le père noël est une ordure ». En 2009, il débute une formation de comédie musicale à l’école Evaprod dont il obtient son diplôme en 2012. Sous la direction de Jacint Margarit et Floriane Iseli, il développe sa technique de chant, de danse et de théâtre. Durant cette formation, il a l’opportunité d’interpréter divers rôles dans les comédies musicales « Et si on allait à l’Opéra » dans la troupe, « Un violon sur le toit » le rôle de Motel, « Fame » le rôle de Nick Piazza ou encore « Hairspray » le rôle de Wilbur, suite à quoi il campera le rôle de M. André dans « The Phantom of the Opera » mis en scène par Yves Senn à Colombier. Bertrand part en 2010 à Paris faire un stage à l'AICOM où il rencontre diverses personnalités Françaises du monde artistique. Bertrand a été engagé pour interpréter à nouveau le rôle de M. André dans « The Phantom of the Opera » qui a été joué au Théâtre de l’Equilibre à Fribourg au mois de juin 2015 sous la direction de M. Yves Senn. Depuis 2012, il est chanteur soliste avec le CBLN qui se produit dans divers endroits en Suisse Romande et Suisse Allemande. Il est également le directeur de 80 choristes pour les 5 ans du CBLN en 2017. En 2013, son envie de partager sa passion pour le chant le mène à fonder et diriger la Chorale LakeVoices forte d’environ 60 choristes. Il arrange et adapte plusieurs morceaux pour donner un équilibre aux différentes voix. En 2017, il crée la Chorale Lakevoices Lausanne qui se compose déjà d'environ 30 membres et la Chorale Lakevoices Kids qui arrivera en août.

 

Ludivine Daucourt

Flûtiste professionnelle de formation, Ludivine a obtenu, en 2012, un Master of Arts en pédagogie musicale à la HEM de Genève. Passionnée par le chant, elle complète sa formation en obtenant avec succès son certificat avec mention, dans la classe de Miriam Aellig au conservatoire de la Chaux-de-Fonds en 2015. Du chant lyrique au jazz, du rock au funk, en passant par le reggae, le gospel ou à la musique indienne, Ludivine s’ouvre et étoffe sa passion à travers divers horizons. Elle a ainsi pu collaborer avec Michael Radulescu, travailler sur plusieurs comédies musicales et mettre sa voix au service de différents projets d’artistes en studio. Actuellement chanteuse à l’Académie Bach, soprano dans Tribunes Baroques ou d’autres ensembles classiques, Ludivine aspire à des projets plus personnels et à un retour à ses inspirations de prédilections telles que la création.

Esther Pittet

 

Esther Pittet étudie le chant lyrique à l’Ecole Psalmodia avant de se lancer dans le Jazz, le Gospel et la Comédie musicale. Elle participe à divers projets avant de partir se former à Paris à L’AICOM (Académie Internationale de Comédie Musicale). Elle est engagée dans la chorale New Gospel Family et fait l’Olympia et le Zénith, accompagne Chimène Badi, John Legend,… Esther enchaîne les mandats dans des opérettes (La Périchole, La Grande Duchesse, la Belle Hélène…) et dans des comédies musicales (Les Misérables, Starmania, Touwongka, L’homme qui rit, Mes Elles,…) en Suisse et en France. Elle chante avec l’Avant Scène-Opéra. Depuis 7 ans, elle participe chaque année à la Revue de La Décharge. Et parallèlement, elle tient des rôles dans des séries télé, des publicités et est modèle pour des entreprises.

Joanie Vuilleumier 

 

Joanie a grandi depuis toujours dans un univers baigné de musique. Elle se met au piano à l’âge de 5 ans, et étudie cet instrument pendant 15 ans, au sein du Conservatoire de musique de Neuchâtel, auprès de Véronique Gobet. Elle obtient le certificat d’études non-professionnelles en 2013. Parallèlement à cela, elle suit des cours de chant chez Gilliane Lehmann-Dumontier durant près de 6 ans, et rejoint le groupe de gospel Women for God  à Neuchâtel, qu’elle quittera en 2017 lors de son départ sur la Riviera. Là, elle intègre le groupe d'urban gospel One Step à Lausanne, avec lequel elle a l’opportunité de chanter pour de nombreux événements, de participer notamment à des concours et festivals. En 2013, elle fonde, avec une amie chanteuse un groupe de musique, Woz’art, dans lequel elle est au piano et à la voix. 

Elle est également passionnée par la voix dans le cadre de sa profession de logopédiste, où elle prend notamment en charge les troubles vocaux.  

Marie Bo

C’est à 8 ans que Marie trouve sa vocation à travers le chant. C’est en commençant par quelques scènes villageoises en duo avec son papa, ou encore avec le groupe Gospel Shine en tant que jeune soliste qu’elle découvre son amour pour la scène.

Elle enregistre plusieurs reprises de variété française en studio grâce auxquelles elle sera repérée par Alain Morisod pour qui elle interprète en 2001 « Amazing Grace » dans l’émission des « coups de cœur d’Alain Morisod ».

Depuis l’âge de 15 ans, elle évolue au sein du groupe One Step Gospel où elle performe en tant que soliste et choriste sur un grand nombre de scènes suisses ainsi que sur certaines radios et chaînes de télévision nationale. Ils ont notamment participé au concours « Chorus » en 2018 sur la RTS, où ils gagneront la 2e place.

En 2018, elle prend la décision d’être repérée à plus large échelle en s’inscrivant notamment au concours Rouge Talent, organisé par la radio lausannoise Rouge FM, où elle arrive à la 2e place.

En 2019, elle devient « Marie Bo » et lance sa chaîne YouTube où elle y chante des reprises afin d’affirmer son univers musical pop. Elle est autodidacte pour l’enregistrement, le mix de sa voix et le montage vidéo. Elle participe au concours « Révélation des étoiles » et se qualifiera pour les World Championship Of Performing Arts (WCOPA) où elle fait partie de l’équipe de Suisse.

La scène incarne pour elle le terrain où son talent prend tout son sens : la connexion avec un public qui se sent rejoint là où il en a le besoin. Elle puise son énergie dans l’interprétation sincère qu’elle s’évertue à délivrer et pour laquelle elle est appréciée.